La Maladie à Virus Ebola (MVE) est une maladie virale transmissible et responsable de graves flambées épidémiques chez l’homme. Elle se caractérise par une létalité pouvant atteindre 90% et pose un véritable problème de santé publique. Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages(chauves-souris, singes, gorilles, agoutis, antilopes, porcs-épics) et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine. Les chauves-souris frugivores de la famille des Pteropodidae sont les hôtes naturels du virus Ebola. A ce jour, aucun traitement spécifique ni vaccin n’est disponible.Les premières flambées de MVE sont survenues principalement dans les villages isolés d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, à proximité des forêts ombrophiles tropicales. L’Ebola est apparue pour la première fois en 1976 lors de deux flambées simultanées, à Nzara (Soudan) et à Yambuku (République démocratique du Congo – RDC). Au Congo, le village atteint se situait près de la rivière Ebola, qui a donné son nom à la maladie. En Côte d’Ivoire, un cas de fièvre Ebola a été enregistré en 1994 à Taï. Ce cas n’a pas donné lieu à une épidémie. Depuis le début du mois de février 2014, une épidémie de fièvre hémorragique a été déclarée en Guinée-Conakry dans la région de N’Zérékoré située à environ 150 kms de la frontière ivoirienne.
La flambée qui a sévit en 2014-2016 en Afrique de l’Ouest fut la plus importante et la plus complexe depuis la découverte du virus en 1976. Cette flambée a également comme particularité de s’être propagée d’un pays à l’autre, partant de la Guinée pour toucher la Sierra Leone et le Libéria. La flambée qui sévit actuellement (2018-2019) dans l’est de la RDC est très complexe et l’insécurité a des conséquences délétères sur les interventions de santé publique.
La famille de virus Filoviridae compte 3 genres: Cuevavirus, Marburgvirus et Ebolavirus. Six espèces ont été identifiées chez Ebolavirus: Zaïre, Bundibugyo, Soudan, Reston, Forêt de Taï et Bombali. Le virus à l’origine de la flambée 2014-2016 en Afrique de l’Ouest appartient à l’espèce Zaïre.
La confirmation biologique de l’Ebola a été faite le samedi 22 mars 2014. Elle s’est ensuite étendue principalement au Libéria, puis à la Sierra Leone.La fin de l’épidémie a étédéclarée dans tous les trois pays vers la fin de 2015, mais des résurgences ont eu lieu en Sierra Leone et en Guinée dans le premier trimestre de 2016.

Les Phases de l’épidémie selon l’OMS

Sur la base de ce schéma, les questions relatives à la MVE dans la stratégie de communication seront développées selon trois phases : pré-épidémie, épidémie et post-épidémie, avec des sous-phases.Bien qu’on ait défini l’évolution de l’épidémie en trois phases, le besoin d’utiliser des symboles au niveau opérationnel pour plus de visibilité et de compréhension des actions de communication au profit du grand public s’impose. Les symboles s’inspirent des feux tricolores utilisés pour la régulation de la circulation (vert, orange, rouge). Pour chaque niveau d’alerte, il y a une liste de messages, d’actions, d’acteurs, de cibles, etc. Ces niveaux correspondent aux phases de l’épidémie selon les catégories suivantes :

PHASE 1 / Pré-épidémie

Absence de cas chez les voisins
  • VERT : Situation normale
Cas chez les voisins
  • ORANGE : Alerte)

PHASE 2 / Epidémie

Zones touchées/non touchées
ROUGE : Crise

PHASE 3 / Post épidémie

Avant la déclaration de l’OMS
  • ORANGE : Alerte
Aprés la déclaration de l’OMS
  • VERT : Situation normale

Vaccins

Un vaccin expérimental anti-Ebola s’est avéré très protecteur contre ce virus dans le cadre d’un essai majeur mené en Guinée en 2015. Ce produit, appelé rVSV-ZEBOV, a été étudié dans le cadre d’un essai auquel 11 841 personnes ont participé en 2015. Sur les 5837 personnes auxquelles le vaccin a été administré, aucun cas de maladie à virus Ebola n’a été enregistré 10 jours ou plus après la vaccination. En comparaison, il y a eu 23 cas dans le groupe témoin n’ayant pas eu le vaccin après 10 jours ou plus.
Ce vaccin, appelé rVSV-ZEBOV, est utilisé pendant la flambée qui frappe actuellement la RDC.
Les premières données indiquent que ce vaccin est très efficace. Le Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS a insisté sur la nécessité d’évaluer d’autres vaccins anti-Ebola. Source WHO.

Cliquez sur les liens des ressources suivantes pour télécharger  des documents informatifs et apprendre plus sur Ébola :

GUIDE DES MESSAGES (CCSC)

Stratégie Nationalede Communication pour le Changement Social et Comportemental (CCSC) pour la réponse à la maladie à virus Ebola (MVE)

Leader’s Guide to Crisis Communication: Lessons from Ebola for COVID-19

Prévention et Prise en Charge de la Maladie à Virus Ebola CCP_RCI